3 sept : APPEL À L’ACTION URGENTE – IRAN 

Mis en avant

Libérez l’enseignant syndicaliste Mohammed Habibi !

 Cher(e)s collègues, L’Internationale de l’Education (IE) a lancé une campagne LabourStart pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle de Mohammed Habibi et exiger le respect des droits syndicaux en Iran. L’enseignant et syndicaliste iranien Mohammed Habibi a été condamné à dix ans et demi de prison le 4 août 2018. La peine prononcée par le tribunal révolutionnaire islamique iranien inclut également l’interdiction d’activités sociales et politiques pendant deux ans, une interdiction de voyager de deux ans et 74 coups de fouet.

 Membre du conseil d’administration de l’Association professionnelle iranienne des enseignants (Iranian Teachers’ Trade Association of Tehran – ITTA) de Téhéran, Habibi est un des nombreux syndicalistes indépendants persécutés par les autorités iraniennes pour leurs activités syndicales légitimes. Il a été arrêté le 20 mai dernier lors d’une manifestation pacifique et est depuis maintenu en détention dans des conditions extrêmement rudes. Les membres de sa famille qui lui ont rendu visite en prison ont rapporté qu’il avait été sévèrement maltraité. Les autorités lui refusent les soins urgents dont il a besoin. Habibi avait déjà été victime d’une arrestation violente devant ses étudiants le 3 mars 2018 ; il avait finalement été libéré sous caution après 44 jours de détention.

L’IE a besoin de votre soutien pour demander aux autorités iraniennes la libération immédiate et inconditionnelle de Mohammed Habibi et de tous les autres syndicalistes détenus en Iran.

L’IE invite votre organisation et ses membres à passer à l’action dès maintenant : 

·         Encouragez vos membres à signer – à titre individuel – la pétition adressée aux autorités via l’appel LabourStart. 

·         Contactez votre gouvernement et la représentation diplomatique de l’Iran dans votre pays afin de leur demander d’engager un dialogue avec les autorités iraniennes à propos de cette situation. 

·         Diffusez la pétition LabourStart en la recommandant à vos collègues, aux membres de votre syndicat et à vos réseaux, publiez-la sur votre site web, Facebook et Twitter. 

L’IE vous remercie de votre solidarité et de votre soutien vis-à-vis de nos collègues en Iran.

 Sincères salutations,

David Edwards
Secrétaire général

28 août : budget de l’Etat

Mis en avant

Communiqué de presse CFDT

BUDGET DE L’ETAT : Des arbitrages comptables au détriment des plus précaires

 La CFDT a pris connaissance avec inquiétude des principaux arbitrages budgétaires proposés par le Premier ministre. Ils s’inscrivent dans une vision réduisant la solidarité et la cohésion sociale uniquement à des charges.

Pour la CFDT, ces mesures répondent davantage à une logique comptable qu’à un réel projet de société porteur de solidarité. Les mesures sur les APL et les retraites, sans nuance, vont surtout impacter les plus pauvres. La désocialisation des heures supplémentaires va à contre-courant de la lutte contre le chômage et fragilise le financement de la protection sociale. Alors que tous les Français ne bénéficient pas de l’augmentation de la croissance, il est plus que jamais nécessaire de mener des politiques sociales ambitieuses et assumées.

La CFDT attend du gouvernement, notamment autour des discussions budgétaires ou des concertations du plan pauvreté, que se dévoilent enfin les ambitions sociales exprimées par le Président de la République. Elles doivent également se traduire par des services publics de qualité, proches des citoyens. La CFDT est particulièrement inquiète des annonces de suppression de postes, comme au ministère des Finances.

Lors de la rencontre prévue avec le Premier ministre le 04 septembre prochain, la CFDT l’interrogera sur le modèle social que le gouvernement veut faire vivre et portera cette exigence de solidarité.

Elle rappellera également sa volonté de s’engager dans les négociations sur l’assurance chômage, avec comme objectif d’améliorer les droits et l’accompagnement des demandeurs d’emploi et de lutter contre la précarité de l’emploi.

27 août : retraite : Communiqué CFDT

Mis en avant

La CFDT dénonce les mesures gouvernementales annoncées

L’annonce par le Premier ministre d’une sous-indexation des pensions par rapport à l’inflation en 2019 relève d’une logique budgétaire injuste et inquiétante pour les retraités. Cette mesure est injuste parce qu’elle pénalise une fois de plus les retraités, notamment les plus basses pensions. Les pensions déjà bloquées en 2018 n’augmenteraient que de 0,3% pour 2019 et 2020 alors que l’inflation vient de passer les 2% en rythme annuel.

Cette dégradation du pouvoir d’achat des pensions vient s’ajouter aux ponctions opérées par la hausse de la CSG de 1,7% dont les effets n’ont pas été corrigés pour les retraités. En effet, le gouvernement est resté sourd aux propositions de la CFDT, notamment à celle de supprimer au moins 1% de cotisation maladie sur les retraites complémentaires des salariés du secteur privé.

La décision du gouvernement fait du pouvoir d’achat des retraités une simple variable d’ajustement de court terme des finances publiques alors que l’indexation sur les prix les prive déjà du partage des fruits de la croissance.

Au-delà, et à l’aube d’une réforme d’ampleur des régimes de retraite, ce sont les intentions du gouvernement qui interrogent.

Veut-il refonder le système pour le rendre plus juste et plus sécurisant ou veut-il simplement faire des économies ?

Veut-il raffermir le pacte social autour des retraites ou veut-il appauvrir les retraités et accroître le scepticisme des jeunes dans l’avenir des retraites ?

Pour sa part, la CFDT revendique une évolution solidaire des revenus des actifs et des retraités. Elle ne laissera pas se faire une réforme des retraites sans exiger des engagements pour une meilleure association des retraités aux fruits de la croissance.